Tuesday, 13 October 2015

RDC : « Joseph KABILA » négocie sa sortie dans le sang

RDC : « Joseph KABILA » négocie sa sortie dans le sang

         
image
Quand on passe en revue les dernières initiatives prises par Joseph Kabila, de concert avec les inconditionnels de son régime, il n’y a plus l’ombre d’un doute, que tout cela concourt à un seul but : le maintien, coûte que coûte, de Joseph Kabila au pouvoir, en dépit de sa gestion calamiteuse de l’Etat congolais. En sus, on ne peut plus laisser à Joseph Kabila le temps de jouer au prestidigitateur, encore plus longtemps dans notre pays. Le peuple congolais est parfaitement informé, c’est maintenant qu’il faut chasser Joseph Kabila et toute sa basse-cour, pour éviter le total dérapage électoral ! A dire vrai, Joseph Kabila négocie maintenant sa sortie dans le sang, en jouant avec le feu, en brandissant l’épée ! Dommage pour lui !

Un séisme politique se précise au Congo Kinshasa. En effet, depuis belle lurette, quand on passe en revue les dernières initiatives prises par Joseph Kabila, de concert avec les inconditionnels de son régime dont notamment : Aubin Minaku, Lambert Mende Omalanga, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, Evariste Boshab, Gaspard Mugaruka bin Mubibi, Nawej et consorts, il n’y a plus l’ombre d’un doute, que tout cela concourt à un seul but : le maintien, coûte que coûte, de Joseph Kabila au pouvoir, en dépit de sa gestion calamiteuse de l’Etat congolais. Un Etat qui a, pourtant, besoin d’oxygène, avec un nouveau personnel politique, engagé et dynamique pour pouvoir avancer !

On pourra, de toute évidence, remarquer que depuis bientôt 5 ans, en partant des élections truquées du 28 novembre 2011, et l’ampleur de la crise de légitimité qui s’en est suivie, alors que le personnel politique, composé de quelques Congolais authentiques a cessé de s’occuper des problèmes réels de notre société, pour ne plus se préoccuper que d’un seul objectif, prioritaire, à leurs yeux : comment faire pérenniser Joseph Kabila, au sommet de l’Etat, hormis ses insuffisances intellectuelles, reconnues par son peuple, ainsi que par ses homologues chefs d’Etat de la Région et du monde entier.

Même si cela nous semble incompréhensible, nous nous sommes obligés de constater que certains compatriotes, mieux formés dans des grandes universités que dans son monde du commun, courbent l’échine devant un dictateur d’un autre genre, celui qui occupe par défi, le Congo – Kinshasa, notre pays et qui ne fait rien pour la fierté dudit peuple congolais.

Par contre, le Congo Kinshasa a subi la malédiction d’avoir accueilli, à bras ouverts, Joseph Kabila, un illustre inconnu comme Chef de l’Etat, un chef qui, en plus, humilie ses sujets, les tue, les jette à la pâture des fauves et des armées étrangères. On pourra citer le cas plus récent de l’arrestation arbitraire de Maître Tshibangu Kalala, devenu pensionnaire forcé, à la prison centrale de Makala, pour s’être donné l’audace de réclamer ses honoraires à l’Etat. Congolais, après douze années, de prestation fructueuse, d’un conflit d’agression, qui opposait l’Etat congolais contre l’Ouganda, à la Cour Pénale Internationale, CPI, en sigle. Président du « Congo mon beau pays », parti de la Majorité présidentielle (MP), Maître Tshibangu Kalala n’a pu bénéficier, la clémence de son autorité morale, en dépit de son adhésion, probablement opportuniste, dans la plate-forme dominante.

Au regard de ce fait, il est utile de dénoncer l’incarcération arbitraire et sans base juridique légale, depuis plusieurs années, dans l’oubli et totale indifférence du peuple congolais, de nos vaillants compatriotes dont notamment : Eugène Diomi Ndongala, Jean Claude Muyammbo, Vano Kiboko, Christopher Ngoy Mutombo, Makwambala et tant d’autres compatriotes prisonniers, qui souffriraient, me semble-t-il, de la folie, par accumulation de la dépression nerveuse.

Bref, toutes ces personnalités, en réalité, sont détenues à la prison centrale de Makala pour rien. Ils ne sont que victimes d’une justice sous les ordres de Joseph Kabila, un homme sans cœur, sans pitié et dépourvu de toute humanité. Parce qu’il est président mercenaire qui dévore ses sujets, comme le fait un loup qui attaque une bergerie mal gardée !

A cette frustration s’ajoute la double condamnation à la peine capitale, du Colonel Eddy Kapend et de Georges Leta Mangasa, ancien Administrateur Général du service des renseignements, reconnus, avec doute, et sans preuves matérielles suffisantes, tous deux, il y a de cela 15 ans, coupables d’avoir assassiné Laurent Désiré Kabila, ancien Chef de l’Etat. Pourtant, le Tribunal de séants n’a pas été en mesure de fournir, et justifier la moindre preuve de culpabilité, incriminant ces deux grandes intelligences, dont le pays a énormément besoin, qui croupissent, malheureusement en prison, loin de la chaleur familiale, indispensable à l’épanouissement d’un être humain.

Enfin, en plus de l’insécurité récurrente, il y a lieu de souligner, la cohorte des assassinats ciblés de notre peuple, particulièrement celui de Beni, à l’Est de la République, des assassinats qui sont organisés, suivant la logique d’un génocide planifié, afin, semble-t-il, de ramener le taux démographique de notre population à un niveau similaire à celui du Rwanda.

Dernière en date est cette volonté délibérée de maintenir, pour longtemps, et peut-être pour toujours, la République Démocratique du Congo dans une situation de faiblesse et d’infériorité afin que le Rwanda puisse faire ce qu’il veut du Congo, notre pays, dont il se moque éperdument, maintenant vu son instabilité, voire son incapacité de se relever, depuis la chute de Mobutu, pour aller de l’avant !

Bien plus, ce départ de Mobutu fut l’occasion, pour nos envahisseurs, de détruire l’ossature de l’armée nationale congolaise. Les Congolais sont devenus des nains devant le petit nain rwandais, mais avec une puissance de feu incomparable !

D’ailleurs, les soldats rwandais viennent, depuis quelques jours, après le passage du Ministre congolais des la Défense Nationale en visite chez son collègue du Rwanda, de déloger, sans sommation, les soldats congolais du camp militaire de Rumangabo. Un autre groupe des soldats rwandais a envahi la ville de Bukavu, comme celle de Goma pour s’y installer, prétextant pourchasser les FDLR, dont les éléments en son sein, constituent une menace pour la sécurité du Rwanda.

Les autorités congolaises, de toute évidence, complices, n’osent pas réagir directement contre cette armée occupante. Alors même que certains militaires congolais sont en perdition dans la savane, se confrontant aux intempéries et aux animaux de toute sorte, en se soumettant, et en fin de compte, en cohabitant avec des reptiles très venimeux.

Dès lors, vouloir organiser un référendum dans un contexte pareil, ne serait-ce pas de la provocation ? Joseph Kabila ne cherche-t-il pas à ce que le peuple congolais désabusé descende dans la rue, maintenant, avant la fin de son mandat présidentiel, pour empêcher un tel forfait qui risquerait d’hypothéquer l’avenir du Congo et de mettre en danger de/millions de vie humaine des Congolais ?

Et pour bien nous en convaincre, Joseph Kabila ne se moque-t-il pas des Congolais, en décidant abusivement de nommer des Commissaires spéciaux et leurs assistants, dans les provinces nouvellement créées, au mépris de l’esprit de la Constitution de la République ? Ne sommes-nous pas là dans un chaos constitutionnel voulu pour désorganiser tout le tissu de l’Etat congolais, l’armée étant déjà décimée ?

« Divide et impera », a écrit Machiavel ! Diviser pour mieux régner ! Diviser les Congolais pour mieux les affaiblir, les dominer à l’exemple tout récent du « G7 » et en faire des esclaves. Voilà l’objectif poursuivi par Joseph Kabila et ses maîtres à penser, qui ne visent que nos richesses au détriment de notre dignité et de nos vies ! Aussi, comment et pourquoi, en fin de mandat, Joseph Kabila peut-il oser se dire prêt, dans une ambiguïté linguistique sans pareille, pour les élections présidentielles de 2016 ?

Quelle est son intention quand il affirme qu’en ce moment-ci, il n’y a aucune force politique capable de gagner les élections, si ce n’est sa majorité ? Joseph Kabila, n’est-il pas déterminé à faire coulé le sang des Congolais pour garder à jamais le fauteuil présidentiel ?

Lambert Mende Omalanga, peut-il avoir le courage et la lucidité intellectuelle nécessaire pour expliquer à Joseph Kabila, son maître, la notion d’alternance démocratique ? Dommage que face à nous, on a à faire à des dirigeants opportunistes, traîtres et véreux, qui sont allergiques aux règles de bonne gouvernance, d’usage obligé dans un Etat de droit !

En sus, on ne peut plus laisser à Joseph Kabila le temps de jouer au prestidigitateur, encore plus longtemps dans notre pays. Le peuple congolais est parfaitement informé, c’est maintenant qu’il faut chasser Joseph Kabila et toute sa basse-cour, pour éviter le total dérapage électoral !

A dire vrai, Joseph Kabila négocie maintenant sa sortie dans le sang, en jouant avec le feu, en brandissant l’épée !

Dommage pour lui !

[Bamba di Lelo]
KongoTimes!