Saturday, 5 September 2015

Une responsable de l'ONU appelle à ne pas laisser sombrer la RDC dans l'oubli humanitaire

Une responsable de l'ONU appelle à ne pas laisser sombrer la RDC dans l'oubli humanitaire

 
05/09/2014  
 
La Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires
 humanitaires, Kyung-wha Kang, en visite en République
démocratique du Congo (RDC), en 2013.
 
La Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Kyung-wha Kang, a terminé vendredi une visite de quatre jours en République démocratique du Congo (RDC), au cours de laquelle elle a appelé la communauté internationale à ne pas laisser l'une des crises les plus longues du monde « sombrer dans l'oubli humanitaire ».
 
 La Coordonnatrice adjointe des secours d'urgence s'était rendue en RDC pour évaluer l'ampleur de la crise humanitaire, mieux comprendre les défis auxquels font face les acteurs humanitaires sur le terrain et veiller à ce que la crise en RDC reste à l'agenda des bailleurs de fonds et de la communauté internationale.

Au cours de sa visite, Mme Kang a visité le camp Mugunga 3 pour personnes déplacées, l'un des plus anciens que compte le pays, situé dans la périphérie de Goma, dans le Nord-Kivu.
« Fort de près de 5.000 personnes déplacées, Mugunga 3 est le symbole de l'impact de la diminution du soutien et de l'attention apportés à la crise humanitaire en RDC », a déclaré la Sous-Secrétaire générale dans un communiqué de presse.

 Bien que les besoins de tous les résidents dans le camp restent importants, seuls les plus vulnérables d'entre eux reçoivent des rations alimentaires, soit seulement 50% de ceux qui en ont besoin, a déploré Mme Kang. En outre, a-t-elle ajouté, le seul centre de santé du camp est fermé depuis des mois, en raison du manque de fonds pour le maintenir opérationnel.

« J'ai vu de nombreux camps de personnes déplacées au cours de mes nombreuses missions à travers le monde, mais Mugunga est l'un des pires parce que les conditions et l'environnement sont si difficiles », a déclaré la Coordonnatrice adjointe des secours d'urgence.

 Les agences des Nations Unies et les ONG sur le terrain font de leur mieux pour fournir l'assistance humanitaire nécessaire, mais elles ont besoin de ressources financières supplémentaires, a insisté Mme Kang.

La Sous-Secrétaire générale a également visité un camp de réfugiés burundais récemment arrivés dans le pays, dans la région du Sud-Kivu. Largement surpeuplé, le camp abrite 8.000 des 15.000 Burundais passés en RDC depuis le début de la crise dans leur pays.

A Kinshasa, à Goma et à Bukavu, Mme Kang, dont la dernière visite en RDC datait d'il y a deux ans, s'est entretenue avec les autorités congolaises, qui ont exprimé à ces occasions leur volonté de faire avancer le pays sur la voie de la croissance économique et du développement.

 A cette fin, Mme Kang a souligné la nécessité de veiller à ce qu'« aucun Congolais ne soit laissé de côté ».
ONU